Encore des retombées concrètes de PPCR : passage en catégorie A pour les travailleurs sociaux, avancement de grade facilité pour les agents de catégorie C, améliorations pour les sages femmes, les cadres d’emplois de la filière artistique. Pour la CFDT, le chantier est bien engagé mais loin d’être achevé. Il en est de même pour les propositions du rapport formation adopté ce jour.

La mesure positive, adoptée à l'unanimité, d’avancement de grade pour les agents de catégorie C, résulte du protocole PPCR. Le premier texte présenté au CSFPT de ce jour supprime le "verrou" qui créait un lien entre le nombre d'avancements via l'examen professionnel et celui possible au choix . Dorénavant les adjoints (C1) pourront avancer au grade d'adjoint principal de 2è classe (C2) soit grâce à l'examen professionnel soit au choix après 8 ans d'ancienneté. La CFDT a tenu à rappeler le chemin parcouru depuis 10 ans, grâce à son engagement continu pour obtenir, étape par étape, des avancées qui desserrent les verrous afin de faciliter les progressions de carrière de tous les agents de catégorie C.



La CFDT porte depuis de nombreuses années le passage en catégorie A des travailleurs sociaux de la fonction publique territoriale. Elle a obtenu cette avancée dans le cadre du protocole PPCR puis négocié avec la DGAFP pour un aboutissement beaucoup plus tôt qu'initialement prévu : la première étape du passage en catégorie A sera effective dès février 2018 . Ainsi, les assistant socio-éducatif (ASE) et les éducateurs de jeunes enfants (EJE) vont bénéficier de la revalorisation de la catégorie B au 1er janvier 2018 puis u n mois plus tard du passage en catégorie A.

Mais pour la CFDT, l'objectif est bien le " A type " . C'est pour cela que nous avons déposé et défendu 2 fois 30 amendements pour « booster » les décrets présentés . En s’abstenant, la CFDT acte et ne ralentit pas le processus pour le passage en catégorie A, maintenant irréversible, mais ne lâche rien sur sa revendication : création d'un 3e grade pour les ASE et EJE à partir de 2020 . Ce 3e grade reconnaissant leurs compétences, missions et responsabilités, sans changer de cadre d'emplois, et avec un indice correspondant à celui d'un attaché (Indice brut 821) . Encore une fois la CFDT s'est engagée, bien seule, afin de poser une première pierre non négligeable pour les travailleurs sociaux . La CFDT continuera à défendre un vrai déroulement de carrière des professionnels du travail social, en dehors de l'encadrement hiérarchique, afin de vraiment reconnaître la complexité, la montée en compétences, les responsabilités et le caractère particulièrement difficile des situations auxquelles ils font face . D'autres organisations syndicales se déclarant d’accord avec nos propositions, n'ont pas jugé bon de soutenir les amendements sur ce sujet : dommage !

La CFDT a pris acte que, selon la DGCL, les textes présentés ce jour pour les professeurs et directeurs d’enseignement artistiques n’avaient pas vocation à résoudre les questions propres à cette filière, en particulier l’incompréhensible inégalité statutaire entre les professeurs des écoles nationales d’art de la territoriale et ceux qui exercent dans les écoles de l’État. Nous avons pris note du rendez vous fixé par le DGCL au second semestre 2017 pour la création d’un cadre d’emplois spécifique pour ces professeurs. La CFDT a également voté un vœu proposant un nouveau travail sur la question de la filière artistique qui pourra utilement s’appuyer, en le réactualisant, sur le rapport LENAY de 2008 « Filière culturelle » adopté à l’unanimité.

La présentation du rapport sur la formation à permis de mettre en lumière et de constater une convergence entre représentants des employeurs et organisations syndicales sur l’importance de la formation et des parcours professionnels dans le contexte actuel de mutation des collectivités territoriales. Il ressort que la question des ressources humaines et de la gestion des compétences a été précédemment négligée et qu’il est temps de prendre ce sujet au sérieux. Dans son intervention la CFDT a proposé de « Passer des paroles aux actes » et que le CSFPT, s’attelle rapidement à la concrétisation de pistes. Premier sujet mis sur la table : un « Fongecif territorial » pour la prise en charge des formations à l’initiative des agents, permettant d’avancer vers un droit effectif à l’évolution et la reconversion professionnelle choisies.

 

Secrétaire Générale : Claire Le Calonnec

Chargé de communication : Olivier Mourot