ELAN & personnels du logement social

 

Le plus grand dénominateur commun, en termes d’inquiétude au sein du "monde logement social", repose sur l'impact de la LOI ELAN sur les personnels des bailleurs sociaux et des OPH en particulier.

 

Selon les informations factuelles que nous possédons - la CNP OPH CFDT - , ladite Loi ELAN ne devrait pas être soumise au fameux "va-et-vient à répétition" entre Parlement et Sénat, mais sera entérinée d'un jet en simple "aller et retour". La date de septembre 2018, semble bien être justifiée. De plus, la "dead-line" du premier janvier 2021 est gravée dans le marbre de la Loi ELAN. L'implication ne sera pas homogène sur les territoires de notre hexagone. Les trois voies seront : l’absorption, la fusion ou le regroupement au sein d'hypothétiques "SAC" - société anonyme de coordinations ou coopérations, la messe n'est pas dite pour la déclinaison de l'acronyme - .

 

Mesdames, Messieurs, Elu(e)s de la République,

Mesdames et Messieurs les Président(e)s des OPH, SEM, ESH,

Elu(e)s ou Mandaté(e)s Administrateurs des OPH, SEM, ESH, de la CAF,

 

Je me permets de porter à votre attention, les implications mortifères de l'article 52 du projet de loi finance 2018, sur le logement social et sur les OPH en particulier.

 

Est-il besoin de vous rappeler le contenu de l’article 52, qui a pour objet une réduction des loyers conventionnés et APLisés, c'est à dire des loyers sociaux dont les foyers ont droit à l'aide personnalisée au logement.

BILLET D'HUMEUR

Comment en est-on arrivé là....

 

Chers collègues, j'ai décidé de m'adresser à vous, je devrais dire à nous, car ceci s'adresse à toutes et tous, moi compris...

 

Est-ce celui de trop, ou est-ce celui de ''trop tard'', ou le moment est-il venu de refuser la banalisation d'une situation qui a atteint son point de rupture ? Le fait est qu'il est grand temps de rappeler quelques évidences...

 

Fait déclencheur de mon billet d’humeur :

Ces derniers jours, l'un d'entre nous –un de plus- s'est fait agresser, dans le cadre de son emploi, et bien plus encore, dans le cadre de son appartenance à notre OPH.

 

Un de nos ''client'' s'est cru autorisé à s'en prendre à l'un de nous, pour obtenir satisfaction à sa requête...

 

Bien entendu, et selon l'idée répandue et reconnue, hélas, par une partie de nos ''clients'' : la frustration serait un motif de compréhension, une excuse, voire une évidence pour admettre ce type de fait, ou devrais-je dire, ce type de voie-de-fait... et, ''s'exprimer'' ainsi serait un droit, un moyen et une juste réaction pour faire valoir ses ''droits''... il serait normal de s'en prendre aux employés, de leur faire subir des ''coups de pressions'' pour forcer la décision... et, cette situation serait banale, une historiette parmi d'autres ; pas trop de casse, pas trop de bobos : passons à la ''chose suivante''.

 

«  Bof, une histoire parmi tant d'autres, une insulte, une bousculade, pas vraiment de coups, ou des coups mais pas de casse... ''rien de nouveau à l’ouest''. J'en vois tellement ma bonne dame, et puis c'est ''com’ça ici'' »

ENSEMBLE POUR SAUVER LE LOGEMENT SOCIAL !

Les organisations syndicales signataires qui représentent les personnels dans le logement social sont unies, de même que les employeurs et les associations de locataires pour dénoncer et pour combattre les dispositions prévues dans le projet de loi de finances qui mettent en péril nos organismes et donc le logement social :

• La baisse des APL de 5 € pour tous les locataires

• La baisse des loyers de 50 € minimum pour les seuls logements sociaux,

• La vente forcée des logements sociaux qui s’annonce…

Messire Rastignac, vous qui trouvez que le social coûte cher, envisagez ce que vous coûtera la misère...

 

…/... quelques uns en rêvent... il, notre Rastignac de président, le fait. Si certains le découvrent, d'autres le voyaient arriver depuis longtemps :

 

 

Le glas sonne pour le logement social

 

 

Lorsque l'on fait des cadeaux avec l'argent des autres, cela porte un nom. Après la ponction sur les APL -5€, pas même le prix d'un paquet de cigarettes- Rastignac fait le généreux avec l'argent territorial des OPH... 50 à 60 € de réduction par mois sur les loyers sociaux.

À vue de « bout-du-nez », cela fait ''généreux'', aux vues des comptes des Offices, cela fait plutôt inconséquent. En équilibre précaire, les héritiers des HBM logent ceux qui ne peuvent, ni être propriétaires, ni clients du secteur privé.

 

Sous-catégories