En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et l'analyse de la fréquentation.

Imprimer
Catégorie : CFDT-confédération
Affichages : 789

CES : “Pas de Coupe du monde au Qatar sans droits du travail”

 

La Confédération européenne des syndicats a appelé aujourd’hui les représentants de l’UEFA, qui se réuniront en fin de semaine à Zurich, lors du Comité exécutif de la FIFA, à obtenir des autorités du Qatar des garanties immédiates et contraignantes concernant les droits du travail. Sans cela, le lieu de la Coupe du monde 2022 devrait être reconsidéré.

La Secrétaire générale de la CES, Bernadette Ségol, a déclaré : “Des rapports récents font état d’atteintes et d’exploitation massives des travailleurs migrants qui préparent l’émirat pour 2022. Des dizaines de travailleurs népalais sont déjà décédés et on estime que 4 000 d’entre eux pourraient subir le même sort si aucune mesure n’est prise immédiatement. Les travailleurs n’ont pas accès à l’eau potable gratuite sous une chaleur extrême, ne sont pas payés depuis des mois et se voient confisquer leur passeport afin d’éviter qu’ils ne quittent le pays. Il semble que le travail forcé systématique ait été adopté. Cette situation est totalement inacceptable et j’appelle Michel Platini et ses collègues du football européen à indiquer clairement que la Coupe du monde sera déplacée si ces pratiques ne prennent pas fin immédiatement.”

Les statuts de la FIFA engagent expressément tous les acteurs du monde du football à encourager les relations amicales dans la société, à des fins humanitaires et pour lutter contre les discriminations de toute nature. La CES appelle le Qatar à suivre ces idéaux et à respecter pleinement les normes internationales du travail, notamment l’interdiction du travail forcé et le droit pour tous les travailleurs d’avoir une représentation syndicale adéquate.

 

Communiqué de la CES